Ce dossier a été rédigé il y a 1 an. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète. Lisez-le en gardant son âge en tête, surtout si il aborde des éléments financiers ou réglementaires ! Merci ...

La Lotus Super Seven est peut-être la plus simple et la plus élémentaire des voitures de sport. Vous prenez quatre roues, un moteur, des sièges, une carrosserie qui ressemble à celle d’un ancien avion, vous posez l’ensemble par terre et vous obtenez la Super Seven. Conçue à la fin des années 50 comme une voiture sportive à petit budget, elle a trouvé son élément de prédilection sur les pistes d’aviation désaffectées de la Seconde Guerre mondiale, en Angleterre.

Jusqu’au milieu des années 60, la puissance est inférieure à 100 cv, avec des mécaniques Ford ou Morris. Pas besoin de cavalerie pour que ce poids plume avale le 0-100 km/h en 7 secondes et offre des sensations incroyables, à des vitesses somme toute raisonnables

Lotus Seven S1

La Lotus Seven, c’est sans doute l’image la plus pure, l’idée la plus dépouillée de ce qu’est une voiture de sport. La création de Colin Chapman a engendré d’innombrables copies et variations sur le même thème, de Caterham à Donkervoort en passant par TMC Costin. Mais voici les sept raisons pour lesquelles la Seven originale est la meilleure.

# 1: C’est rare

Certaines Lotus (on parle des vraies) fabriquées en usine sont rares. Par exemple, il n’y eu que  340 exemplaires de Lotus Serie 3 fabriqués entre 1968 et 1970 (à l’époque, Lotus était trop occupé à gagner les championnats du monde de constructeurs de Formule 1 !). La Seven est une voiture idéale pour le collectionneur désireux de se plonger dans les options des véhicules semi-artisanaux et de déterminer quelles voitures sont les meilleurs choix. Entre son introduction en 1957 et la fin de la production officielle en 1972, environ 2 500 Super Seven ont été fabriquées.

# 2: L’age d’or de la voiture

Construire votre propre Seven en kit aujourd’hui présenterai quelques avantages: d’abord, c’est moins cher. Ensuite, la voiture sera probablement plus rapide et plus puissante qu’un modèle originel mais il y a une satisfaction à posséder et utiliser une Seven originale qui représente tout l’enthousiasme de l’automobile à prix modique dans les années 1950 et 1960: pas de piège, mais de l’expérience.

# 3: C’est pur

La différence entre une voiture moderne et une Lotus Seven est semblable à celle qui existe entre un avion de ligne ou un deltaplane. Il y a si peu de choses entre vous et l’expérience pure de la conduite : c’est un peu comme conduire une moto sans casque. Il n’y aucune assistance électrique, aucun effet isolant, pratiquement pas de carrosserie. Cette simplicité se retrouve aussi pour les réparations et l’entretien: il y a moins de problèmes et les carrosseries simples dissimulent peu de mystères.

# 4: C’est complètement excitant

Il n’y a pas beaucoup de place dans une Lotus Seven, et certainement pas de place pour autre chose que la plus pure expérience de conduite. Titillez un peu le petit 4 cylindres et sa boîte de vitesses manuelle à quatre vitesses : un joli gazouillis se met à pétiller et à animer l’échappement latéral situé à 50cm de vos oreilles. Le vent glisse sur votre chapeau, le volant s’anime sous vos doigts, un coup de gaz instantané du pied droit pour tomber un rapport dans l’entrée du virage, et les virolos sont facilement avalés avec des sensations incroyables, plus proches d’un kart que d’une voiture.

Lotus Seven

# 5: C’est un peu dangereux

Dans un monde moderne où l’on traque la moindre aspérité et où nos voitures proposent de véritables fauteuil de salon chauffants, la Seven nous fait prendre des risques. Oh le mot tabou !
Encore une fois, c’est comme une moto, avec une carrosserie qui offre à peu près autant de protection qu’une veste légère. Sans trop dramatiser le danger, rouler en Seven est audacieux même aux vitesses légales. Impossible de sortir du cockpit sans pouls élevé, et chaque voyage devient un événement. Même dans le monde des voitures classiques, rares sont celles qui peuvent rivaliser avec le plaisir qu’elle offre.

# 6: Elle sait voyager

En supposant que son conducteur possède une bonne constitution (et de bons sous-vêtements en laine), la Seven est capable d’un voyage sérieux par la route. La tenue de route n’est pas un combat épuisant et sa légèreté compense largement sa conception hors du temps, contrairement à des voitures censées être plus prestigieuses. Et si vous renoncez à un(e) passager(e), un sac de voyage trouvera sa place à vos cotés…

Lotus Seven

# 7: Vous préservez un patrimoine historique !

Combien de Lotus Seven avez-vous croisées sur la route ces derniers mois ? 1 ou 2 ? Elles sont rares … et comme le temps passe, elles sont de plus en plus rares. A une époque où tant de choses sont jetables, où il faut chaque mois « mettre à jour » son portable ou son ordinateur, en possédant une véritable Lotus Seven vous perpétuez l’héritage de l’esprit « Gentleman Driver ». Et si vous parlez à vos enfants de votre histoire, et les impliquez dans votre style de vie respectant les choses du passé comme votre Lotus Seven, il est probable qu’ils vous suivront eux aussi dans la préservation de ce patrimoine.

Sacerdoce, la Seven ? Absolument. Et alors ?