Si vous êtes un collectionneur de voitures classiques ou même un professionnel, il est vraisemblable que vous vous interrogez sur ce qui va se passer sur le marché des voitures classiques en 2020 et 2021 au regard de la crise du Covid-19

Possédant nous même au sein de la rédaction un certain nombre de voitures anciennes, nous avons commencé à réfléchir à la façon dont la pandémie et les différentes mesures mises en oeuvre pour lutter contre sa diffusion affecteraient le marché et si nous allions revoir notre façon de faire. Voici la synthèse de notre réflexion.

Crise économique 2008

La crise économique de 2008

Lors de la dernière crise économique, à l’automne 2008, nous étions en route pour deux grands salons de voitures classiques qui se déroulent en octobre : la Classic Expo de Salzbourg en Autriche et, une semaine plus tard, le plus grand événement automobile de collection Italien, le Auto e Moto d’Epoca à Padoue, en Italie.

Sur la route, nous entendions à la radio que la bourse s’effondrait partout dans le monde et que la récession guettait les économies occidentales. Nous nous attendions à un week-end morose, pensant que tout le monde aurai peur de ce qui aller se passer sur le marché des voitures de collection dans ce contexte : les gens préféreraient sans doute garder leurs liquidités, plutôt que de les bloquer dans l’achat d’une voiture de collection.

Auto e Moto Epoca Padova

Mais à notre grande surprise, le spectacle de Padoue cette année-là fut tout le contraire ! Les gens achetaient des voitures comme des fous. Et plus de la moitié des voiture arboraient le panonceau «vendutta» le dimanche après-midi !

Lorsque le marché boursier ne se porte pas bien, les gens en retirent leur argent pour investir dans des valeurs « refuge » telles que l’or, l’art, l’immobilier, les montres vintage ou des objets de collection. Dont les voitures de collection !
Une valeur refuge est un investissement qui permet de sécuriser son patrimoine en temps de crise. C’est un actif dont la valeur reste stable voire augmente en période de crise. Alors que la valeur de la monnaie ou d’une action est théoriquement susceptible de tomber à zéro en cas d’hyper-inflation ou de faillite des entreprises, un actif physique possédera toujours une valeur intrinsèque, indépendamment des conditions et phénomènes extérieurs.

Donc, alors que la plupart des gens pensent qu’une crise économique fera chuter le marché des voitures classiques, cela a en fait l’effet inverse.

Manifestation d'anciennes

Et nous avons tous constaté depuis cette période la progression quasi continue du marché des voitures de collection. Voire même l’engouement autour de certaines marques générant des « bulles » défiant la logique rationnelle. Certaines valeur ont beau être des « refuges », il y a tout de même des logiques économiques à respecter.

La crise COVID-19 de 2020

Nous réfléchissions à aller cette année encore à la Classic Expo de Salzbourg et au Moto e Auto d’Epoca de Padoue avant de renoncer. Ces deux expositions sont toujours maintenues, mais étant donné que le Corona est à nouveau à la hausse, nous ne voulons pas prendre de risque inutile. Et nous ne serions pas étonné que de nombreuses personnes réagissent comme nous. Au regard du nombre d’événements francais et européens qui ont été annulés, on peut se demander si l’ère des salons de voitures classiques n’est pas révolue. Et que le commerce de voitures classiques entre maintenant dans une nouvelle phase.

Car en parallèle, nous constatons que le marché reste très vivant en ce moment et que beaucoup de voitures changent de mains, mais de manière différente. Dans un marché devenu totalement international depuis 10 ans, aujourd’hui les voyages sont devenus compliqués avec le Covid. Mais on voit maintenant des professionnels qui proposent parfois jusqu’à 100 photos HD des voitures qu’ils ont à la vente. On voit ces mêmes vendeurs qui proposent des visites virtuelles des voitures à vendre. Les enchères en ligne se multiplient. Avec un (bon) smartphone, vous pouvez organiser une véritable visite vidéo des voitures… Le numérique vient clairement en aide au secteur.

Bordeaux Darwin

Comment COVID-19 va influer sur le marché des voitures classiques ?

Nous pensons que la pandémie n’aura pas le même effet haussier que la crise économique de 2008. Nous avons vu une augmentation globalement très lente de la valeur des voitures anciennes au cours des 2-3 dernières années et certaines bulles avaient déjà commencé à se dégonfler. Nous avions également noté la baisse de certaines marques et modèles de voitures classiques, dont le marché était innondé. Quand l’offre dépasse la demande, les prix se tassent….

Certains acheteurs, notamment pour les gros prix, sont des retraités actifs qui ne seront pas impactés directement par la crise. A coté de celà, des « petits » collectionneurs seront peut-être obligés de revendre leur unique voiture de collection pour dégager quelques liquidités si la pandémie affecte leur revenu habituel. En fait, nous considérons que la pandémie ne fera qu’accélérer (voire amplifier) ce qui se passait déjà. Ce qui commençait déjà à baisser risque de baisser plus vite et ce qui est en train de monter va monter un peu plus haut. Et si vous aviez des vues dessus, sans doute devriez vous l’acheter maintenant.

Mais si il y a quelques années, nous pouvions acheter une Ferrari 308 GTS à 25.000 euros au printemps et la vendre l’année suivante pour près du double du prix, il faut se rendre à l’évidence : nous ne verrons plus cela à l’avenir, quel que soit le modèle.