La Porsche 911 Carrera 3.0 est une « série G » qui occupe une place particulière dans l’histoire de toute la gamme Porsche 911. En effet, elle associe les gènes de deux légendes de la marque : d’une part la 911 Carrera 2.7 RS, introduite à la fin de 1972 et d’autre part le bloc moteur en aluminium de 2993 cm3 la Porsche 911 Turbo 3.0, également connue sous le nom de Porsche 930 ! Produite sur les seuls millésimes 1976 et 1977 à moins de 3.700 exemplaires seulement, c’est une 911 relativement rare… et uniquement distribuée en Europe !

Porsche 911 Carrera 3.0 coupé

Un moteur de turbo sans turbo

Le moteur de la Carrera 3.0 est essentiellement le moteur de la 911 Turbo (2993 cm3) sans turbocompresseur. En outre, le volant moteur à 6 boulons plus léger et le vilebrequin de la 2.7 RS y ont été installés. Pour compenser l’absence de boost du turbo de la 930, Porsche a augmenté le taux de compression, optimisé l’injection K-Jetronic de Bosch pour obtenir une mécanique trois litres revendiquant 200 chevaux et un couple de 255 Nm à 4 200 tr/min. Sur la route, les performances de la 911 Carrera 3.0 sont très proches de celles de la 2.7 RS. Bien qu’on la désigne généralement comme la version civilisée de la mythique 2.7 RS de 210 ch, elle affiche pourtant de meilleurs chronos : de 0 à 100 km / h, la Carrera 3.0 est un dixième de seconde plus rapide que celle-ci (6,3 s), et même meilleure de deux dixièmes sur le 0 à 180 km / h !

Porsche 911 Carrera 3.0 coupé

Ces bonnes perfomances sont pour l’essentiel dues au couple placé bien plus bas, la 2.7 RS n’obtenant ce couple qu’à 5100 tr/min. La comparaison directe des courbes de puissance explique ce miracle : jusqu’à 5 000 tr / min, le moteur 3.0 fournit nettement plus de puissance que le moteur 2.7 RS. C’est seulement au dessus des 5.000 trs que la la vieille Carrera 2.7 RS rattrape son retard puis dépasse la 3.0 Carrera… comme quoi, il ne s’agit pas d’afficher une puissance supérieure, encore faut-il pouvoir l’exploiter. L’optimisation du couple de la Carrera 3.0 fait également merveille en reprise, où la Carrera 3.0 « met » 3 secondes à la 2.7 RS sur le 40-160 km/h, malgré 45 kg de plus en raison de l’insonorisation améliorée.

Un couple placé relativement bas qui évite d’avoir à aller chercher l’efficacité trop loin dans les tours, le solide bloc moteur en alu de la 930 turbo en font un modèle particulièrement fiable.

Porsche 911 Carrera 3.0 Targa

Peu d’exemplaires

La Carrera 3.0 a été commercialisée sur les millésimes 1976 et 1977. Elle a été construite « en sandwich » entre les modèles standard 911 2.7 et la 930 Turbo haut de gamme. Au cours de cette très courte période de production de deux ans, seulement 3.687 Carrera 3.0 ont été construites, un nombre presque infime comparé aux 58.000 Porsche 911SC et 76.500 Carrera 3.2 construites. Sur ces 3.687 Porsche 911 Carrera 3.0, 2.564 ont été livrées en coupés et seulement 1.123 en Targa. En 1976, 1.093 coupés ont été construits. En termes de rareté, la Carrera 3.0 n’est pas loin des chiffres de la 2.7 RS (1.580 pièces) ou la 911 3.0 Turbo originelle (2.819 pièces).

Un an après le lancement de la Porsche 911 Carrera 3.0, un certain nombre d’améliorations lui sont apportées pour l’année modèle suivante. Techniquement, le changement le plus notable a été l’adoption d’un servofrein, ce qui a considérablement amélioré les performances de freinage. Dans le même temps, le maniement de l’embrayage est devenu beaucoup plus facile et plus souple à partir de 1977.

Porsche 911 Carrera 3.0 coupé

Quelques modifications ont également amélioré la vie à bord. Le tableau de bord a reçu deux grilles de ventilation réglables au centre et, pour la première fois, un système de régulation automatique de la température était installé entre les sièges avant, où se trouvait auparavant le contrôle mécanique. Les portes ont reçu un nouveau mécanisme de verrouillage rotatif, rendant beaucoup plus difficile la tâche des voleurs pour ouvrir les portes.

Une Porsche 911 avec du potentiel

La Carrera 3.0 est devenue la « Base » de toutes les 911 développées jusqu’en 1989, y compris les 911 SC et 3.2 Carrera. La répétition des faits et l’observation du passé récent nous laissent à penser que la Porsche 911 Carrera 3.0 est un véhicule extrêmement intéressant du point de vue de la collection. Toutefois, quand on examine les courbes d’évolution du prix des 911 comparables produits en faibles quantités (modèles ’73 RS, Turbo, modèles F originaux), la Carrera 3.0 a toujours affiché une cote nettement plus faible. À notre avis, cela ne se justifie plus …

Construite avant la 911 SC, elle a tout d’une « SC » et bien plus encore. C’est une autre conduite avec plus de puissance (200cv) et elle est 10% plus légère.

Porsche 911 Carrera 3.0 coupé

Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, le modèle de 1977 nous parait aujourd’hui le meilleur choix. Mais les modèles du millésime 76 de la 911 Carrera 3.0 sont extrêmement rares et, de ce fait, sont aussi des 911 particulièrement intéressantes. Le critère le plus important dans la décision d’achat, c’est l’état et l’historique du véhicule. Les exemplaires restaurés doivent obligatoirement également être inspectées avec le plus grand soin ou l’avis d’un expert car attention à la belle peinture qui brille mais qui est à peine sèche : tout ce qui brille n’est pas d’or. Si vous dénichez un beau spécimen, tous les ingrédients d’un bon investissement seront réunis. Rare en raison du faible nombre d’exemplaire et fantastique par les performances de son moteur atmosphérique refroidi par air offrant la sonorité unique des 911 classiques…

La cote

La cote de la Porsche 911 Carrera 3.0 s’étire de 50.000 euros pour des modèles à reprendre jusqu’à plus de 110.00 euros pour les modèles exceptionnels, tant par leur conservation que leur historique. L’essentiel du marché se cantonne dans la fourchette 60-80.000 euros. Soit moitié moins d’une 2.7 RS moins performante … C’est bien moins cher qu’une « classique », et surtout bien plus facile à vivre.

Porsche 911 Carrera 3.0 coupé

Notre choix

Nous jetterons notre dévolu sur ce coupé de 1977 en « Ice Green » métallisé disposant d’un intérieur cuir/velours noir et orange très « seventies » comme neuf négocié à 80.000 euros. Le certificat d’authenticité confirme que la voiture est totalement matching numbers (couleur, options, châssis, moteur et boîte) et surtout la voiture est accompagnée d’un dossier complet d’entretien depuis 1977, comprenant également la facture d’achat. Seule petite ombre au tableau, elle affiche un kilométrage généreux de 185.000 km mais nous avons toujours eu une préférence pour les voitures qui roulent et son moteur est quasiment indestructible…