De l’Ami 6 à la R16 en passant par la 304, la R8 ou l’Aronde, on a tous eu l’occasion de récupérer « la voiture de collection » de tonton René qui dort dans la grange depuis 20 ans…

On rêve tous de la 8eme merveille du monde, mais toutes les sorties de grange ne sont pas la collection Baillon … et en général, on se retrouve face à une populaire des années 60 ou 70. Se pose alors la question de savoir si ça vaut le coup de se lancer dans la restauration d’une voiture populaire dont la valeur de marché ne couvrira pas le coût de la restauration…

La réponse à cette question est toute sauf évidente … essayons d’explorer les différents cas de figure !

Le projet sentimental

Restaurer la voiture d’un parent proche, revivre ses vacances en famille, perpétuer des moments de bonheur familial … ça n’a pas de prix. Dans ce cas, la question du coût de restauration est annexe et ne sera pas un critère de décision. De surcroît mener un tel projet avec ses propres enfants peut devenir une véritable aventure de construction de la famille.

Projet restauration MGA

Le projet financier

Restaurer une populaire en vue de la revendre « avec un bénéfice » comme la télé-réalité nous le martèle toutes les semaines… c’est particulièrement hasardeux. Les transactions sur des voitures comme l’Ami 8, la R16, la 304, la R8, l’Aronde P60 ne dépassent que rarement 10.000 euros, pour des modèles parfaits. Si la remise en état nécessite des travaux mécaniques, de la sellerie, de la tôlerie et une peinture … l’addition dépassera largement le potentiel de revente. A priori, si vous voulez faire « un coup financier » ce n’est pas avec une populaire que vous ferez la meilleure opération.

Porsche 356 1958

Et entre ces deux extrêmes ?

Si on ne restaurait les populaires que dans le cadre d’un projet familial, bien peu d’entre-elles seraient sur la route. Heureusement, les choses sont moins manichéennes qu’il n’y parait.
D’abord, on n’est pas obligé de restaurer « plus neuf que neuf ». Nous, à Autocollec, on a tendance à préférer des voitures avec de la patine, quelques défauts que des merveilles de restauration. Quelques joints craquelés, quelques impacts de gravillons sur le capot, des feux AR ternis ou des une sellerie fatiguée n’ont jamais empêché de prendre du plaisir en roulant dans une voiture ancienne.
Tout dépend si vous voulez un daily-driver ou que vous ne roulerez que occasionnellement… mais une bonne rénovation (notamment des organes mécaniques et de sécurité) et un coup de polish constituent la solution idéale.

Quel carburant pour les voitures anciennes ?

La vérité d’un jour n’est pas celle de toujours

La valeur de marché d’une voiture peut fortement varier sur des périodes relativement courtes. On se souvient tous de « vilains petits canards » dont la cote s’est envolée.
On pourrait évoquer la « Deuche » … qui pensait que de nombreux exemplaires se négocieraient un jour au delà de 10.000 euros ?
On pourrait évoquer le cas de la Volvo P1800 … elle se négociait en dessous de 10.000 euros il y a 5 ans. Aujourd’hui, les plus beaux exemplaires atteignent 30.000 euros.
Dans un contexte plus spécifique, on pourrait évoquer les cas des Porsche 912 et 914. Ces « petites » Porsche ont été boudées jusqu’à 2010 environ. En 10 ans, leur valeur de marché a été multipliée par 3…

Porsche 914 de 1973

Un parc restauré fait monter la côte d’une voiture

Si on ne trouve une voiture qu’à l’état !de semai-épave, la côte reste basse (sauf sur les modèles très rares) et l’on constate que lorsque les passionnés commencent à s’interresse à un modèle et que des exemplaires restaurés arrivent sur le marché, la cote décolle. On l’a observé depuis 2005 sur toutes les Porsche Classiques mais plus récemment sur la Volvo P1800, les petites Alfa des années 60-70 ou le Combi VW !
Quel bonheur de voir que des voitures qui n’avaient que la casse comme perspective retrouver le bitume !

Renault 8 major

En conclusion

Pour nous, OUI, il faut restaurer ou _à minima_ rénover les populaires. Laissons les spéculateurs parader aux enchères Artcurial ou fantasmer devant Vintage Mécanic et Wheeler Dealers. Nous pensons qu’il faut rouler dans nos populaires. Se balader en P60, en 304 coupé, en Dauphine, en Panhard … ça suscitera toujours autant de bonheur et d’impression de remonter le temps que dans une voiture « prestigieuse ».

Et vous, qu’en pensez vous ? Exprimez vous en votant au sondage et en postant un commentaire !

Doit-on restaurer les populaires ?

View Results

Chargement ... Chargement ...