Matching Numbers est un angliscime que l’on entend de plus en plus dans le monde de l’auto de collection. Ce serait une sorte de Graal des temps modernes, une sorte d’aboutissement ultime voire une corne d’abondance pour tout possesseur de voiture de collection. Mais ce terme est-il employé à bon escient ou galvaudé ? A-t-il les vertus qu’on lui prête ou est-ce un cache sexe ? AutoCollec fait le point …

Matching Numbers : la définition

Le terme matching numbers signifie littéralement « numéros correspondants ». En langue française, celà veut dire que l’ensemble des éléments de la voiture identifiables par un numéro sont bien ceux présents à la sortie d’usine, donc à minima pour le trio châssis, moteur et boite de vitesse, l’ensemble étant généralement attesté par un « certificat d’authenticité » délivré par le constructeur. Mais pour certains, le challenge va plus loin. Par exemple, les amateurs de Porsche 356 s’inspirent du fait que le constructeur frappait certains autres éléments du numéro de série : train avant, bras de suspension, ouvrants ….

Mais l’intégrisme ne s’arrête pas là. Pour certains, la définition de « matching numbers » c’est une auto dans sa STRICTE configuration d’origine. Teinte d’origine, aucun ajout d’équipements, sellerie et options strictement indentiques à la sortie de l’usine. Toujours dans le monde des 356, l’exigence va parfois jusqu’à avoir les 4 jantes frappées du mois de production de la voiture. Et l’air dans les pneus également ?

Ne tombons pas dans la caricature, merci.

Depuis quelques années, les émissions de télé-réalité vantant l’achat et la revente lucrative de véhicules de collection usent et abusent du terme « matching numbers » à tous bouts de champ. Un sacralisme bien éloigné des pratiques des années 50, 60 ou 70, une époque où les registres étaient tenus manuellement engendrant leur lot d’erreurs. Et puis par exemple, c’est quoi une Alpine A110 « matching numbers » ? Celle qui a son petit moteur de sortie d’usine ? Ou le moteur Gordini préparé qui lui a permis de se faire un palmares ?

Mais à l’époque, la fiabilité était aléatoire et il était habituel de devoir remplacer un moteur. Venait alors souvent un moteur échange standard, adoptant une numérotation spécifique. La voiture ayant un moteur du même type qu’à l’origine, mais pas le même numéro serait donc « moins bien » pour les intégristes du « Matching Numbers »…

La question de l’authenticité

La vraie question qui se pose est celle de l’authenticité du véhicule pas une question de numéros gravés. A notre sens, une voiture qui reste dans sa configuration d’origine, même si quelques éléments ont été remplacés par des éléments identiques provenant d’une autre voiture a exactement la même valeur que si il s’agissait des éléments originaux.

Ce ne sont pas des numéros frappés ou gravés qui vont déterminer la fiabilité et le plaisir de conduire que procure une voiture de collection…

La dictature du « marché »

A force de voir des présentateurs TV rabacher qu’une voiture de collection doit « absolument » être Matching Numbers, ça en devient un argument de vente imparable. Les acheteurs nous demandent maintenant « elle est matching numbers ? » avant même de demander si la voiture roule bien, si il y a de la rouille ou pas ! Cela ne garantit rien mais ça rassure le novice…

Les dérives …

Avec le matching numbers érigé en religion absolue on observe des dérives prévisibles. L’appat du gain n’a pas de limites … on préfèrera garder un carter moteur déformé mais frappé des bons numéros plutôt que de le remplacer par un autre. Des moteurs suralésés sont présentés comme « matching » avec les bons numéros mais n’ont plus grand chose de l’origine, plusieurs voitures se découvrent avoir le même numéro de série, certains professionnels semblent avoir le refrappage de numéros un peu facile … si bien que l’on commence carrément à parler de contrefaçons !

Conscients de ces problèmes, certains constructeurs refusent désormais de communiquer leurs archives. Par exemple, Volkswagen ne fournit plus les numéros de moteur mais seulement le type sur ses « Certificats de naissance ». Une façon de désacracaliser l’importance de ces numéros…

Retrouver le sens de l’Auto de Collection

Pour beaucoup trop de monde, l’Auto de Collection n’est plus qu’un produit commercial qu’il faut donc formater, marketer et étiqueter. Mais la « concordance des numéros » ne garantira jamais que c’est une « bonne voiture ». Elle ne garantira pas qu’elle est fiable, elle ne vous donnera pas plus de bonheur en la conduisant.

La dictature du Matching Numbers

Parce que ce qui est important à l’achat, c’est de trouver une « bonne » voiture, pas une voiture « matching numbers ». Au mieux, c’est un bonus. Mais ce n’est pas ça qui fait la VALEUR REELLE d’une voiture.

La dictature du « Matching Numbers », c’est bon pour la téléréalité et tous ceux qui font passer le business avant la passion.

A vos commentaires !