Ce dossier a été rédigé il y a 4 années. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète. Lisez-le en gardant son âge en tête, surtout si il aborde des éléments financiers ou réglementaires ! Merci ...

La VW SP2 est un véhicule sportif produit par VW do Brazil pour son marché local de 1972 à 1976. Avec une ligne réussie et un moteur convaincant, elle se révèle comme une voiture particulièrement réussie et attractive qui rompt avec l’austérité des VW européennes.

Au la fin des années 60, le Brésil est toujours fermé à l’importation des véhicules. Qu’importe, la firme de Wolfsburg installe sa filiale Volkswagen Do Brazil pour produire sur place ses Coccinelles, Combis et Karmann. Mais Volkswagen do Brazil s’émancipe de sa tutelle teutonne et lance ses propres modèles. Naitront ainsi 3 véhicules spécifiques au Brésil : la Karmann Ghia TC, la Brasilia et donc la SP2, basée sur un châssis VW type 3, signée des designers maison locaux Marcio Piancastelli, José Vicente Novita Martins et Jorge Yamashita Oba. La ligne impressionne jusqu’en Allemagne où le magazine Hobby titrera sur « La plus belle Volkswagen du Monde ».

La VW SP2

La SP2 reprend les codes stylistiques des berlinettes typiques de cette période, avec une ligne fluide, un long capot, un arrière panoramique qui n’est pas sans rappeler la Type E, et un profil bien équilibré qui n’est pas sans avoir quelques allures de squale. De 3/4 avant, la ligne est vraiment craquante. Une petite custode associée à des « louvers » sur le coté font penser à la Renault 17. Rompant avec le style en vigueur chez VW, le tableau de bord est résolument agencé pour le pilotage avec deux gros compteurs et compte-tours ainsi qu’une batterie de cadrans orientés vers le conducteur depuis la console centrale. Le volant alu à trois branche complète la panoplie sportive. Le reste de l’ambiance intérieure est savoureusement typé seventies et relativement spacieuse, pour un coupé de 4m12.

VW SP2

La mécanique est basée sur le roturier 4 cylindres à plat de la Coccinelle, dans la version « bloc plat » de la VW type III, toujours en porte-à-faux à l’arrière. Nouvelle preuve d’indépendance de la filiale VW do Brazil, ce bloc est porté à 1678cc par l’adoption de pistons 88mm (contre 85.5 sur l’essentiel de la gamme VW), lui permettant de revendiquer 75cv, contre 55 au moteur VW « européen » le plus puissant. Avec un poids de 890 kg, la vitesse de pointe s’établissait 161 km/h, des performances plus qu’honorables pour l’époque et plaçaient la SP2 dans la cour des Renault 12 TS, Ford Taunus, Opel GT, ou même de la BMW 316, qui plafonnait à 160 ! Il est amusant d’apprendre que ses initiales ‘SP2’ ont été initialement assimilées au terme « Sem Potência » (Sans Puissance) en portugais, alors qu’elles étaient initialement dédiées à la ville de Sao Paulo.

VW SP-2

L’échappement, particulièrement présent, ajoute à l’ambiance sportive de la SP 2. Ce bloc moteur qui a fait le succès de VW pendant 50 années est fiable, pour peu qu’on ne lésine pas sur les vidanges (tous les 4 à 5.000 km) car il ne contient que 2.5 litres d’huile et que l’on surveille sa température de fonctionnement. Par contre, malgré la faible cylindrée, il faut compter une consommation de 10 litres aux 100 km.

Le châssis VW, à 4 roues indépendantes et barres de torsion, est d’une efficacité légendaire, alliant confort et tenue de route. Rappelons que cette architecture est à la base de celle des Porsche 356 et 911. Le (léger) moteur en porte-à-faux arrière rend la voiture joueuse juste ce qu’il faut. Le freinage (non assisté) est dévolu à deux disques devant et deux tambours arrières qui remplissent sans problème leur rôle. Quatre amortisseurs télescopiques viennent compléter le dispositif.

VW SP2

La VW SP2 aujourd’hui

Produite à 10.205 exemplaires au Brésil pendant 4 millésimes et avec seulement 670 exemplaires officiellement exportés (dont UN seul en Europe au Portugal et 155 au Nigéria), la VW SP2 se fait rare sur le vieux continent (une vingtaine actuellement), ce qui ajoute à sa saveur mais ne simplifie pas la tâche si l’on a besoin d’éléments de carrosserie. Par bonheur, toutes les pièces mécaniques sont interchangeables avec les VW européennes. Et heureusement, avec la carte grise collection, son importation ne génère plus aucun problème d’homologation. Sa ligne sportive et suggestive fera tourner les têtes et sa facilité d’utilisation au quotidien en surprendra beaucoup. Certes, il ne faudra pas en attendre les performances d’une 911 ou d’une Alfa 2000 mais elle procurera beaucoup de plaisir à ses propriétaires, au premier rang desquels le fait de posséder une voiture très rare en Europe.

La cote 2014

Sa ligne suggestive et sa rareté en Europe affolent les prix qui font le grand écart sur notre continent. L’étroitesse du marché ne permet pas de définir une cote réaliste, mais 12.000 euros semblent constituer le ticket d’entrée plancher pour un exemplaire en bon état et l’on voit parfois des exemplaires proposés à 30 ou 35.000 euros. Il faut se calmer pour une voiture de 75 cv et 4 cylindres à plat…  A l’inverse, un exemplaire à restaurer se vendra nettement moins cher, compte-tenu de la difficulté à trouver les éléments de carrosserie ou d’habitacle.

La tendance :

A la hausse

VW SP2

Notre choix :

Nous éviterons les ventes spéculatives auxquelles nous assistons régulièrement en Europe pour nous orienter vers une importation depuis le Brésil, à tarif plus raisonné.