Ce dossier a été rédigé il y a 6 années. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète. Lisez-le en gardant son âge en tête, surtout si il aborde des éléments financiers ou réglementaires ! Merci ...

La P1800 est une voiture de sport construite par Volvo dans les années 60-70. Une fiabilité suédoise, une ligne italienne et bon nombre de composants britanniques, voila le pédigree d’une voiture très désirable ! La première présentation publique se fit au salon de l’auto de Bruxelles le 16 janvier 1960 mais la production ne commença qu’en mai 1961.

Volvo P1800

C’est à Frua, une branche de la carrosserie Ghia à Turin, que l’on doit la ligne de la P1800. Avec un museau rappelant la Ferrari 250 GT et un arrière digne de la Batmobile, la ligne de la P1800 est probablement une des plus séduisantes de l’époque.

Le moteur initial était un 1,8 litre de 90CV alimenté par un double carburateur SU HS6. Elle était équipée d’un boite manuelle jusqu’en 1963, puis bénéficia d’un version à overdrive électrique Laycock-de-Normanville en option à partir de 1963 permettant la démultiplication électrique du 4ème rapport, offrant une véritable cinquième. Les voitures sans overdrive atteignaient une vitesse de pointe de l’ordre de 195 km/h, alors que la version à overdrive plafonnait à 180 km/h.

Volvo P1800

La planche de bord se veut sportive en offrant un compte-tours et des manos de température et de pression d’huile, le reste de l’habitacle restant relativement cossu.

Bien que de conception suédoise et de ligne italienne, les britanniques se taillaient la part du lion de la production avec un faisceau électrique Lucas, des freins par Girling, des carburateurs Skinners Union (SU), un overdrive Laycock-de-Normanville, une production métalière (Pressed Steel) et l’assemblage de la carrosserie assurée par Jensen.

Volvo P1800

En 1963, la production fut transférée en Suède et donna naissance à la série 1800S où le S signifiait Suède. En 1966, le moteur 1800 passa à 103CV pour finalement céder sa place en 1969, à un 2 litres de 105cv, toujours alimenté par carburateur.

En 1970, la P1800E adopta l’injection électronique Bosch D-Jetronic permettant à la puissance d’atteindre 124CV DIN sans augmenter la consommation (moteur B20E) mais bridé à 97cv pour les versions USA (moteur B20F)

Volvo P1800 ES "Break de chasse"

La P1800ES apparut en 1972 sous la forme d’un break de chasse très racé et séduisant, avec hayon arrière totalement vitré. 1973 constitua la dernière année de production de la série P1800, seule la P1800ES restant au catalogue. Au final, près de 48.000 exemplaires furent produits dont 8.078 « break de chasse ».

Une Volvo P1800S, appartenant à un américain détient le record mondial du kilométrage le plus élevé homologué dans le Guiness Book of Records. En plus de 40 ans, cette voiture a parcouru plus de 4.000.000 (quatre millions) de km. C’est dire si le véhicule est fiable. Le moteur est quasiment indestructible, même si les carburateurs SU sont capricieux et le faisceau électrique fragile.

Volvo P1800

A noter que « Simon Templar », héros de la série télévisée « Le Saint », joué par Roger Moore fit beaucoup pour la réputation de la P1800 !

La Volvo P1800 bénéficie d’un style d’inspiration italienne très réussi et la mécanique se révèle fiable et relativement performante. La dernière évolution du 4 cylindres fonte de 124 chevaux permet une conduite rapide, voire sportive.

Moteur
– 1,8 L carburateur 90 cv DIN (1961-1963) 96 cv (1963-1965) 103cv (1966-1968)
– 2,0 L carburateur 105 cv DIN (1969-1970)
– 2,0 L injection 124 cv DIN (1972-1973) 97cv DIN (1972-1973 USA)

Transmission
– Manuelle 4 rapports + overdrive
– automatique 3 rapports,

Notre choix :

Volvo P1800 ES Break de chasse

Notre préférénce se portera sur cette P1800 ES « Break de chasse » de 1972 ou 1973, notée 8/10. Ce modèle joint l’utile à l’esthétique tout en bénéficiant de la fiabilisation du circuit électrique et de l’injection. Peu diffusée en France (111 voitures importées) cela en fait aujourd’hui une classique relativement exclusive et recherchée, car le plus difficile reste bien d’en trouver une…

Cote juillet 2012 : 4.000 – 18.000 euros

Tendance : à la hause