Ce dossier a été rédigé il y a 1 an. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète. Lisez-le en gardant son âge en tête, surtout si il aborde des éléments financiers ou réglementaires ! Merci ...

Tout ce qui est estampillé Porsche devient un collector. Alors imaginez quand la seule 911 de pré-production survivante est retrouvée et restaurée par un américain génial… Découverte de cette voiture extraordinaire …

À l’approche de la production de son nouveau modèle « 901 », Porsche a réservé dix numéros consécutifs de «châssis de remplacement» pour les voitures de pré-production. Les dossiers d’usine montrent que seulement quatre numéros ont été attribués… Sur les quatre voitures construites, une seule existe encore: le numéro de châssis 13327.

L’histoire…

L’actuel propriétaire, Don Meluzio, a répondu en 1984 a une petite annonce du bulletin du Club Porsche Américain titrée « Prototype Porsche » et a découvert une épave délabrée. Mais le numéro de série 13327 lui tape dans l’oeil et il fait l’acquisition de l’épave pour $14.000

Contactée, l’usine Porsche lui répond dans un premier temps « pas d’infos sur le châssis 13327 ». Mais il persiste et interroge directement le directeur des archives qui lui répond durant l’été 1985 « Il semble que cette voiture a été produite comme un modèle de pré-série de la 911 destiné à tester le moteur à 6 cylindres. Et nous ignorons comment ce véhicule est arrivé aux USA ».

Et un an plus tard, Porsche revient vers lui en lui indiquant « Cette Porsche a été construite en Novembre 1963 comme modèle de test et porte le numéro 7 du type 901. Elle a été utilisée jusqu’en juin 1965 a des fins de tests, avant dêtre vendue à Mr von Frankeberg le 10 juillet 1965 »

Porsche 901 prototype

Don est bien le propriétaire de la plus ancienne 901/911 connue !

Après avoir servi de prototype et de voiture d’exposition, la Porsche # 13327 a donc finalement été utilisée sur la route par feu Richard von Frankenberg. Von Frankenberg travaillait chez Porsche depuis 1950, lorsque la production de la Porsche 356 a été délocalisée de Gmund à Stuttgart. Au fil des ans, il a été pilote de course d’usine, remportant des victoires au Mans, au Mille Miglia, au Nurburgring et en 1952, avec le graphiste Erich Strenger, il fonde le magazine maison de Porsche, Christophorus, et travaille comme rédacteur au moment de sa mort en 1973.

Tellement de différences

Ce qui est incroyable avec cette voiture, c’est le nombre de différences qu’elle présente avec les tout premiers modèles de série.

Le toit ouvrant manuel glisse vers l’avant pour s’ouvrir, contrairement au toit à ouverture électrique arrière qui est entré en production.

Le tableau de bord n’a pas encore les 5 cadrans mythiques ni la garniture bois des premières 911 mais seulement deux gros compteur et compte-tour, semblables à ceux de la 356, tout comme le volant.

La clé de démarrage est à droite de la colonne de direction et des petits conduits d’air permettent de désembuer les vitres latérales

Le capot avant est contrebalancé par des barres de torsion, et le capot arrière maintenu ouvert par des ressorts hélicoïdaux. La version de production adoptera des vérins à gaz pour maintenir les capots ouverts.

La trappe à essence est ronde sur le prototype et de forme ovale sur les 911 de série

Au fil du temps, plusieurs systèmes de chauffage et de ventilation différents, mutuellement exclusifs, y compris un radiateur à essence, ont été installés. Les expériences terminées, les ouvertures abandonnées étaient scellées par de petites plaques d’aluminium.

Le moteur était manquant sur la voiture lorsque Don Meluzio la découvrit. Il fit reconstruire un moteur strictement identique aux premiers exemplaires commercialisés et fit refabriquer le filtre à air des prototypes, à partir de photos d’époque.

Drôle de destin… cette voiture qui illustre remarquablement la transition entre la 356 et la 911 ne roule pratiquement plus jamais. Conçue pour avaler des kilomètres en tant que modèle de pré-série, elle se déplace maintenant sur remorque de show en show aux USA…

Don Meluzio s’est promis de ne jamais la mettre en vente et a fait promettre la même chose à son fils…