Ce dossier a été rédigé il y a 4 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète. Lisez-le en gardant son âge en tête, surtout si il aborde des éléments financiers ou réglementaires ! Merci ...

La vente aux enchères Artcurial de Rétromobile 2015 a rapporté le 6 février plus 46 ME. Un chiffre incroyable qui entérine encore une spectaculaire envolée des prix, qui laisse interrogateurs les observateurs du marché que nous sommes. Observations et décryptage …

La star de la vente fut indéniablement la Ferrari 250 GT SWB California Spyder 1961, ex-Alain Delon pour laquelle son nouveau propriétaire a déboursé la bagatelle de 16,3 ME. L’estimation initiale de 10 ME a été pulvérisé par la vente à 14.2 ME (16.3 en incluant les frais). Alain Delon s’est fendu d’une critique acerbe sur cette vente, considérant que Artcurial sur-exploitait son nom pour faire mousser cette vente, rappelant qu’il n’avait possédé cette voiture que seulement 2 ans et affirmant que la photo utilisée pour l’illustration du catalogue n’était même pas celle de la voiture en vente.

Ferrari 250 GT SWB California Spyder 1961 ex-Delon

Mais la vente Artcurial ne se limitait pas à cette pièce et c’est 10 records du monde des enchères qui auraient été battus selon la maison de vente. La seule présentation sous l’aspect de « record » nous parait ambigu. S’agit-il d’une course à l’échalotte ? Force était de constater que le public était venu en masse, dans une sallle bondée d’environ 3.500 spectateurs, venu assister à la vente de la collection Baillon, proposant pour l’essentiel des épaves à reconstruire intégralement.

La grande majorité des véhicules proposés à Rétromobile 2015 ont été vendus bien au-delà des estimations. Parmi les ventes les plus spectaculaires une Ferrari 275 GTB Berlinetta de 1966 a été vendu pour € 1,9 millions, une Mercedes-Benz 380 K Cabriolet A de 1966 pour 1,4 ME. Parmi les surprises de la vente, on peut citer le lot 147, une Bizzarrini 5300 GT Strada de 1968 estimée entre 0.5 et 0.6 ME qui finalement est partie au double à 1.2ME. Un record pour ce modèle.

La Bizzarrini 5300 GT Strada de 1968

Parmi les ventes dépassant largement les estimations, citons deux Maserati 3500 GT Vignale Spider Corps: Un modèle 1962 parti à 858.000 euros et une autre de 1961 pour 834.000 euros (estimation: 600.000 à € 700.000). Quant à la Maserati Mistral 3.7L de 1965 elle a aussi largement dépassé les attentes, partie pour 181.000 quasiment 50% au dessus de son estimation.

Mais sur des voitures _théoriquement_ plus abordables, que dire de la Porsche 356 SC (lot 16) vendue 86.000 euros ? Que dire de la Ferrari 308 GTSi (lot 55) vendue 33.000 euros ? Que dire de la Porsche 911 T targa (lot 101) vendue 50.000 euros ? A croire que les voitures à bout de souffle (on dit pudiquement « patinées ») ont maintenant plus de valeur que les voitures en bon état ?

Porsche et Ferrari à Rétromobile

Cette envolée des prix à Rétromobile 2015 est spectaculaire et son retentissement international envoie des signaux très forts. Les acheteurs sont là, il n’y a pas de doutes. Mais, même si notoirement les ventes Rétromobile enfoncent systématiquement les plafonds, pour les milliers de passionnés venus assister à ces ventes, c’est un arrière goût amer et de scepticisme qui risque de s’installer…