Ce dossier a été rédigé il y a 5 années. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète. Lisez-le en gardant son âge en tête, surtout si il aborde des éléments financiers ou réglementaires ! Merci ...

Au début des années 50, VW prend son envol industriel et Porsche décline le concept sous l’angle sportif avec ses premières 356 qui, jusqu’à 1956, conserveront d’ailleurs le même bloc moteur « pied moulé » que la roturière VW. Dans le sillage de Porsche, une ribambelle de carrossiers et de petits constructeurs vont s’engouffrer dans le créneau des petite sportives et cabriolets, basées sur le châssis et le moteur VW refroidi par air de la Coccinelle. Certains se contenteront du moteur standard VW, d’autres iront jusqu’à proposer des préparations très ambitieuses du moteur VW !

Petite revue d’effectif de ces raretés … restées au rang d’Allemandes méconnues

Le cabriolet DANNEHAUER & STAUSS

Ce petit cabriolet est _visuellement_ le chainon manquant entre la Coccinelle et la Porsche 356.

Dannenhauer & Stauss

Produit à Stuttgart, on estime que 80 à 120 exemplaires furent construits entre 1951 et 1957, dont 16 sont connus pour avoir survécu jusqu’à aujourd’hui. Une de ses caractéristiques était de proposer des portes « suicide » à ouverture inversée !

Dannenhauer & Stauss

Elle est motorisée par un moteur VW préparé par Oettinger/Okrasa développant 52cv contre 30 au moteur de la Coccinelle

Le cabriolet DENZEL

Résolument tourné vers la compétition, le cabriolet Denzel trouve son inspiration du coté du Spyder Porsche 550. Wolfgang Denzel est autrichien, à la tête de concessions et d’une importante carrosserie tournée vers la préparation compétition. La Denzel 1300 sera produite à 300 exemplaires environ, de 1948 à 1960 dont une trentaine ont survécu jusqu’à aujourd’hui.

Denzel 1300S

Il développera également des préparations très évoluées du moteur VW (intialement 30cv) pour en tirer jusqu’à 65cv, chiffre étonnant à l’époque, en s’inspirant fortement des solutions adoptées par Porsche sur le même bloc. A partir de 1956, ayant été au bout du développement possible sur le moteur VW « pied moulé », les Denzel seront équipées du nouveau bloc « 3 carters » de la Porsche 356.

La ROMETSCH BEESKOW

La Beeskow Banana (surnom donné à cause de sa ligne de profil) est une voiture plus imposante que les précédente et fut déclinée en berline et en cabriolet.

Rometsch Beeskow Banana

Produite à Berlin par la « Karroserie Rometsch » entre 1950 et 1957, on parla d’elle comme de la VW des stars, dans la mesure où Gregory Peck et Audrey Hepburn en conduisirent une…

Rometsch Beeskow Banana

La carrosserie possédait la particularité d’être fabriquée en aluminium. Si l’on s’en tient aux numéros de chassis des survivantes, un peu moins de 300 exemplaires furent fabriqués entre 1950 et 1957.

La ROMETSCH LAWRENCE

La Lawrence succède à la Banana et rompt avec le style tout en rondeurs, dérivé de la Coccinelle, pour s’inspirer de lignes plus américaines.

Rometsch Lawrence

Elle aussi est déclinée en deux versions, coupé et cabriolet. Moins de 100 exemplaires furent produits entre 1957 et 1961.

Rometsch Lawrence

Pour mémoire, on pourrait citer le cabriolet DREWS, le spyder GEBRUDER VERGO, l’ENZMANN, la DEVIN D…. toutes basées sur la plateforme et la mécanique de la Coccinelle, toutes oubliées. Mais en 1956, l’arrivée de la VW Karmann Ghia « coupé sport officiel » de VW porte un coup fatal à toutes ces initiatives géniales. Et en 1960, arrive le coup de grâce, VW refusant désormais de fournir les châssis et moteur aux carrossiers indépendants …